Ces métiers qui font avancer le véganisme

Vous êtes étudiant-e ou en reconversion professionnelle, et l’idée de travailler (à nouveau ?) dans un secteur baignant de près ou de loin dans l’exploitation et la souffrance animale vous est insupportable, je comprends. Les métiers vegan existent-ils ?
Viande, produits laitiers, œufs, cuir, fourrure, cages et expérimentation animale, non merci. Vous refusez d’être un pion au service d’un système carniste et décidez de devenir acteur de la transformation de notre société en un système plus juste, plus écologique, plus éthique, plus végane ?
Un peu idéaliste, mais c’est beau, et c’est mon cas aussi. C’est pourquoi je vous partage mes recherches. Voici une liste de métiers que j’estime « végé-compatibles ».

Si les juges étaient véganes...
Si les juges étaient véganes…
Qu’est-ce qu’un métier végane ?

Il est difficile de prétendre à un métier parfaitement éthique dans un monde qui ne l’est pas. Par contre, je distinguerai ici deux types d’emplois : les « métiers classiques » à « véganiser », ces places stratégiques où il serait bon d’avoir un maximum de personnes qui pensent au bien commun et agissent pour le développement du véganisme, et où il n’est pas nécessaire d’afficher tout de suite ses convictions pour démarrer, et les « métiers pro-véganes », qui permettent la mise en place concrète d’une société plus juste.

Lire le témoignage reçu d’Anne-Laure, en reconversion :portrait-annelaure-miniature

« Je bossais dans un supermarché depuis 8 ans
quand j’ai vu Earthlings […] « 

Avant de plonger dans la liste, notons tout de même un point important : ces deux types d’emplois ont chacun un inconvénient qu’il faut garder à l’esprit : pour les métiers « classiques », vous serez toujours, à un moment ou un autre, obligé de faire des compromis, vis à vis de vos collègues, clients et patients, ne surtout pas vous fermer aux projets qui ne correspondent pas à votre idéal (n’est-ce pas, moi même !)

Pour les métiers « pro-véganes », c’est le risque de s’enfermer un peu plus dans sa communauté sans parvenir à toucher un public qui ne connait pas encore le véganisme, ce qui est bien dommage pour tous ces animaux qui attendent qu’on les sauvent de leur condition. A contrario, vous aurez peut-être un jour ou l’autre à vous justifier auprès de personnes plus véganes que vous, pour des petits détails auxquels vous n’auriez jamais pensé. Gare à la vegan-police !

Les métiers « classiques »

Médias : journaliste, rédacteur, écrivain, éditeur, illustrateur, graphiste, auteur BD, réalisateur de films, dessins animés et jeux vidéos, traducteur ;
Informatique : webmaster, web-designer, créateur d’applications ;
Marketing : chef de produit, chef de publicité, directeur artistique, chargé d’étude ;
Agriculture : Maraîcher, producteur de céréales et légumineuses ;
Santé : médecin, pédiatre, psychologue, infirmier, ostéopathe, naturopathe, diététicien, nutritionniste, chercheur ;
Sport : sportif de haut niveau, coach sportif, professeur de sport ;
Loisirs : Animateur nature, loisirs créatifs, arts plastiques ;
Mode : Personal shopper ;
Social : éducateur spécialisé, animateur socio-culturel, conseiller ;
Petite enfance : employé de garderie, crèche, assistante maternelle ;
Enseignement : instituteur, professeur, formateur, animateur NAP, conseiller d’orientation
Justice : avocat, juge, juriste, commissaire de police ;
Politique : conseiller municipal, maire, député, ministre, président de la République et de la galaxie.

Les métiers pro-véganes

Restauration : chef, traiteur, professeur de cuisine, gérant de restaurant, salon de thé, pâtisserie, boulangerie, fast-food et food-truck ;
Commerce : gérant et employé de boutique végane, représentant pour une marque végane ;
Mode, industrie textile : fabrication de vêtements, accessoires et chaussures véganes ;
Associatif : directeur et employé de refuge végane, salarié d’une association végane (communication, administration, marketing, graphisme, mécénat…) ;
Tourisme : gérant de chambre d’hôte, table d’hôtel, guide touristique, agent de voyage ;
Artisanat, industrie : ingénieur, fabricant de produits, équipements, structures, logiciels répondant aux besoins spécifiques des végés ;

Il en existe évidemment bien d’autres, parfois moins visibles mais indispensables.

Si les profs étaient véganes :)
Si les profs étaient véganes :)

Quoi qu’il en soit, il serait utile, je pense, que ces personnes se manifestent au sein de la communauté végé et créent des groupes de discussion et réflexions dans chaque branche, afin de partager leur expérience et leurs idées pour l’avancement de la cause animale. Imaginez un collectif de professeurs pour l’instauration d’une présentation de la philosophie végane à l’école, ou des animateurs pour enfants qui ont un autre discours sur les fermes pédagogiques.
Il y a de quoi faire dans chaque secteur, alors au boulot les amis !

PS : aidez-moi à compléter ma liste en laissant un commentaire, afin que cet article puisse être le plus utile possible, merci !

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pinterest

14 réflexions au sujet de « Ces métiers qui font avancer le véganisme »

  1. Tu peux également citer certains type de volontariat ou jobs comme le wwoofing (dans le même genre on retrouve aussi le helpx et work-away), être fille/garçon au pair ou encore le service civique.

  2. Tu peux ajouter Gardien de phare.

    Sérieusement, j’ai l’impression que seules les idoles (showbiz, sport, etc.) ont un réel impact sur la masse. Mais le hic, c’est que la masse agit par mimétisme, alors aucune garantie de pérennité.

  3. Végétarienne depuis gamine, j’ai pourtant choisi une toute autre voie : le parfum
    Mes convictions sur le sujet n’ont fait que se développer, et je me suis sentie de plus en plus mal à l’aise vis à vis de cette industrie pas forcément très éthique.
    Du coup, j’ai décidé de réagir à mon échelle. Mon mémoire portera sur les l’éthique en parfumerie (matières premières animales, écologie, exploitation des populations…) et proposera des solutions pour améliorer la filière. Il sera présenté à des professionnels, à des entreprises de plus en plus demandeuses de savoir faire sur ces questions. J’espère réussir à convaincre mon industrie de changer, ou au moins leur montrer que c’est l’avenir et que c’est dans leur intérêt de s’y intéresser

  4. Je suis en master dans le but de décrocher le CRPE et ainsi devenir professeur des écoles (un métier pas forcément évident, contrairement à ce qu’on entend dire). À l’heure où les lobbys pénètrent dans les écoles pour faire leur propagande aux enfants, j’aimerais vraiment qu’un groupe se forme autour des questions d’enseignement et de véganisme. On ne peut pas faire « n’importe quoi » dans l’éducation nationale mais on pourrait tout de même « semer des graines », proposer des activités non spécistes aux enfants, les faire réfléchir et leur apprendre à respecter les animaux…
    Je n’ai, pour le moment, pas trouvé un tel groupe de réflexion.

  5. Je pense participer a mon petit niveau , je suis maquilleuse et j’ai la chance de travailler avec des célébrités et/ou pour de grandes marques, au minimum j’utilise des produits cruelty free, au mieux vegan.
    Et je le fais savoir, on me choisit parfois pour ca;
    Jamais un produit l’oreal ne passera par moi :)

  6. « Imaginez un collectif de professeurs pour l’instauration d’une présentation de la philosophie végane à l’école, »
    Euh… comment dire… Quand bien même il y en aurait, ils ont tellement de mal à finir leur programme (combien d’enfants arrivent en 6e sans même savoir lire, écrire et compter, alors que c’est pourtant la base?) qu’on ne va pas encore leur rajouter ça…
    Sans compter que c’est un coup à se faire tomber dessus par les parents et se faire accuser de lavage de cerveau…

  7. Bonjour, une question bête mais un vétérinaire pour animaux de compagnie, est-ce contre la plupart des idées véganes? Parce que oui je sais qu’avoir un animal ne fait pas vraiment partie de l’idéologie végane mais en soit, il y a tellement d’animaux que malheureusement sans des personnes pour les faire vivre, c’est un peu dur pour eux. Donc j’aimerai connaître vos opinions sur le sujet.
    Merci

    1. En effet, le commerce des animaux n’est pas beaucoup défendable, et si on peut accueillir chez soi un animal de refuge, autant le faire, ils sont tellement mieux dans un foyer plutôt que derrière des barreaux !
      Je ne sais pas comment serait « un monde végane », vis à vis des chiens, des chats & compagnie. Il y en aurait absolument moins, c’est certains, les gens seraient responsables, nous trouverions une façon pacifique de cohabiter avec ces espèces pour leur assurer confort et protection… bref c’est encore tout un monde à inventer !
      Quant aux vétérinaires, ils sont indispensables pour le bien-être de nos compagnons, qu’on en soit « propriétaires » ou seulement co-habitants de la Terre :)

  8. Je vais un peu faire ma chieuse mais il manque tous les métiers des sciences hors santé (et non, il n’y a pas que la médecine en sciences, on peut aussi parler de la biologie, des géosciences, de la physique, de la chimie, etc.), nan parce que des chercheurs, il n’en existe pas que dans le domaine de la santé…
    Mais après seconde lecture, je me suis aperçue que la liste est annoncée incomplète, donc voilà quelques autres domaines convenant à la philosophie vegane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *