Mon enfant végétarien au quotidien : problèmes et solutions en 10 points

En tant qu’administratrice du groupe facebook « Les mamans végés à l’écoute des parents », je suis de près les questions abordées chaque jour et les solutions apportées, notamment pour le quotidien d’un enfant végétarien.

Voici, assemblé ici, un FAQ des problèmes rencontrés par les familles d’enfants véganes et végétariens.

1. L’entourage

Certaines familles accueillent l’idée de végétarisme ou végétalisme de votre enfant avec bienveillance et ouverture d’esprit. D’autres, en revanche, crient au scandale et vont jusqu’à alerter les services sociaux pour maltraitance.

Où que vous vous trouviez, il est primordial de rassurer et calmer leurs inquiétudes naturelles sur les questions de santé. Armez-vous de documentation, montrez-les, lisez-les et surtout, appliquez les conseils donnés.

3 bibles sont recommandées par les parents de jeunes enfants végés :


Petit végétarien gourmand,
de Marie Laforêt
et Ludovic Ringot,
éd. Alternatives, fév 2013, 13,50€
Bébé Veggie,
de Ophélie Véron,
éd. La Plage, fév 2016, 13,50€
Enceinte et végétarienne,
par Hélène Defossez,
éd. Terre vivante, mai 2016, 19€

Téléchargez également les fiches-infos de l’Association Végétarienne de France.

Expliquez clairement ce que l’enfant ne mange pas. Si vous êtes invité à manger, soulagez autant que possible votre hôte perdu en proposant d’apporter des plats et desserts, des recettes faciles, ou en fournissant une liste de produits véganes disponibles en supermarché : blog.l214.com.

A voir aussi : ma liste de biscuits et autres produits véganes de supermarché !

2. Le pédiatre

Les professionnels de santé ouverts au végétarisme et végétalisme restent des perles rares en France. Si le pédiatre de votre enfant vous certifie qu’il faut introduire de la viande dès 6 mois sous peine de nuire à son développement, inutile d’insister. Tournez-vous plutôt vers un généraliste.

De nombreuses familles ayant un enfant végétarien ou végétalien décident de ne pas spécifier au médecin le régime alimentaire : « Oui oui mon enfant mange de tout. », répondent-elles par précaution, afin de ne pas influencer le diagnostic : un enfant en pleine santé peut soudainement paraître carencé à la seconde où l’on apprend qu’il est végé. Bien entendu, ceci n’est qu’un constat, pas une recommandation, et je vous souhaite de trouver un médecin qui vous inspire confiance et s’adapte à votre mode de vie.

visite médicale enfant vegan

Un impératif santé : veillez à supplémenter votre enfant végétalien en vitamine B12 et vitamine D, et encore une fois, suivez les recommandations nutritionnelles prescrites dans votre documentation, notamment en ce qui concerne les apports en fer et en calcium, une alimentation saine est primordiale.

3. Les laits infantiles

L’allaitement long est de loin l’apport le plus bénéfique à la santé de votre bébé. Si vous n’en avez pas ou plus la possibilité, il existe deux marques de laits infantiles végétaux : Prémiriz, en magasin bio, et Modilac riz, en pharmacie (sachant que ce dernier contient de la vitamine D3 provenant de la laine de mouton).

Vous trouverez un descriptif détaillé sur le site de enfantvege.

4. Les chaussures

Les chaussures sans cuir et de qualité sont difficilement trouvables. Pour les premiers pas, de nombreux parents recommandent les chaussettes antidérapantes avec semelle intégrée, les chaussures baby-gym de Décathlon, ou encore de petites Converses avec fermeture sur le côté.

Mais inutile de batailler davantage, Maman Végane nous offre sur son site un état des lieux tout en image daté de 2015 de ce qui se trouve sur le marché : mamanvegane.fr

5. La garderie, la crèche

Les repas en collectivités représentent LE point épineux chez les familles végétariennes et végétaliennes. Les établissements de petite enfance qui proposent une option végétarienne ou acceptent les paniers-repas existent mais sont très rares.

Quelques familles réussissent à faire un PAI avec leur médecin : un Projet d’Accueil Individualisé contenant un certificat d’allergie pour la viande et le poisson et/ou d’IPLV (Intolérance aux Protéines de Lait de Vache), et obtiennent ainsi le droit d’apporter le repas. Il y va de la responsabilité du médecin.

Le panier-repas doit alors, en théorie, se rapprocher le plus possible du menu de la cantine. Vous pouvez alors remplacer la viande par les PST (protéines de soja texturé), le seitan, le tofu, le lupin, les falafels …

Certaines familles ont tenté d’invoquer un motif religieux. Voici le témoignage d’une maman qui a choisi de mettre en avant le bouddhisme pour obtenir l’autorisation d’un repas végétarien :

« Même bouddhiste, ça ne marche pas ! »

Témoignage de la maman d’un petit garçon de 13 mois

« J’avais naïvement pensé qu’en invoquant un prétexte religieux, cela aurait pu permettre à mon fils d’avoir un repas spécial au même titre que les juifs et musulmans.
Petite précision, nous ne sommes pas bouddhistes en réalité, mais une petite partie de ma belle-famille l’est, et de par les origines asiatiques de mon fils, je me suis dit que ça serait plutôt crédible.

Donc, lors de mon premier entretien avec la sous-directrice, cette raison invoquée est passée, elle n’avait aucune objection à ce qu’il ne mange ni viande, ni poisson.
Mais quelques jours plus tard, la directrice m’a contactée pour m’expliquer que le pédiatre attaché à la crèche s’opposait fermement au végétarisme, j’ai donc été convoquée… et là malheureusement, je n’ai pas eu un véritable droit de parole, on m’a signifié qu’il me fallait obligatoirement un PAI ou alors venir chercher mon enfant le midi pour le faire manger à l’extérieur, ce qui m’est impossible.

Peu après, j’ai réussi à négocier au moins qu’il ne mange pas de viande. Il me semble donc qu’il a justement le fameux menu préparé pour les musulmans et juifs puisqu’il a du poisson et des œufs.

Enfin, je suis très embêtée par le fait qu’ils donnent systématiquement un verre de lait en fin de repas. Même s’il est végétarien et donc mange du fromage de temps en temps, depuis qu’il est né, il n’a connu que le lait maternel ou le lait infantile végétal. J’essaye vraiment de limiter sa consommation de produits laitiers et surtout, je fais très attention à la provenance des produits. »

6. La cantine

De même que pour les crèches, il va falloir batailler pour obtenir qu’on ne force pas votre enfant à manger la viande de leur assiette. C’est, d’ailleurs, souvent le minimum imploré par les parents : s’il n’y a pas d’autres choix que d’avoir le même menu que les autres enfants, que le personnel de cantine ne fasse pas pression sur l’enfant pour qu’il prenne au moins une bouchée de la viande ou le poisson qui lui est servie, qu’on le laisse décider par lui-même.

Attention, dans bien des cas, l’instituteur n’est pas le mieux placé pour veiller sur votre enfant végétarien au moment de la cantine, car celle-ci est généralement gérée par la mairie. Assurez-vous de rencontrer les bonnes personnes. Obtenez une entrevue avec le directeur de l’école, le responsable restauration de votre commune, mais aussi avec les ATSEM et le personnel de cantine. Si les repas sont cuisinés sur place, rencontrez le chef cuisinier. A tous, expliquez clairement ce que votre enfant ne mange pas, mais n’espérez pas un repas végétalien équilibré. Vous ferez déjà partie des chanceux si vous arrivez à exclure viande et poisson.

Cantine, le trafic vegan

Pour donner plus de poids à votre demande, vous pouvez fournir une liste de communes (voir en fin d’article) offrant une alternative végétarienne. Votre mairie pourra se mettre en contact avec ces personnes pour obtenir conseil.

Dans l’attente que les paniers-repas soient enfin autorisés par les communes, comme c’est le cas en Belgique et en Angleterre, la meilleure alternative reste la nounou qui vient chercher l’enfant le midi ! Il existe un groupe de « nounous végés » sur facebook, pour mettre en contact parents et assistantes maternelles.

L’AVF a publié un dossier complet sur la cantine dans son numéro de novembre 2016.

7. Leurs questionnements

Un enfant végétarien ou végane de naissance va se rendre compte, en grandissant, qu’il a un mode de vie différent par rapport à son entourage, et va en chercher les raisons.

Autant un adulte peut être confronté aux descriptifs, photos et vidéos aussi réels qu’atroces de la réalité des élevages et des abattoirs, autant on va éviter de traumatiser les plus jeunes qui ont encore une idée très abstraite de la violence.

Vous pouvez vous tourner vers la littérature jeunesse, encore restreinte sur le sujet. Retrouvez la liste des titres connus des parents végés, ayant pour thème le végétarisme, le véganisme et le respect des animaux.

Côté vidéos, retrouvez le site de Veganimo, qui contient quelques jeux et chansons abordant la thématique en douceur.

Vous pouvez également montrer mon petit récit animé Vegatralala, « qu’est-ce que c’est la viande ? ».

Vérifiez les connaissances de votre enfant, il en aura besoin pour pouvoir se défendre lui-même face aux questions réprobatrices de son entourage, quand on n’est pas là.

Voici quelques questions simples à lui poser : « sais-tu pourquoi nous sommes végétariens/véganes ? », « Connais-tu la différence entre un végétarien et un végétalien/végane ? », ou encore tout bêtement : « Que manges-tu ? »

8. Les visites scolaires

Les zoos, les fermes pédagogiques, voire les cirques, font partie des idées de sorties de nombreuses écoles. (Dans ma ville, on fait même visiter la chambre froide de la boucherie !). L’école prévient en principe les parents. De nombreux parents vegan choisissent de refuser cette sortie, mais l’enfant peut parfois mal le vivre, avec le sentiment d’être exclu. Dans ce cas, vous pouvez le préparer à cette sortie en lui demandant ce qu’il ressentirait, s’il était à la place de l’animal.

Voici quelques images qui peuvent vous aider :

Pawel Kuczynski
Pawel Kuczynski
tigre-cirque-okelephant-enchaine

Visitez ensemble le site de l’artiste Pascale Salmon :

Pascale Salmon
Pascale Salmon
9. Les bonbons

Il est souvent difficile pour les enfants végétariens de résister à un bonbon contenant de la gélatine, lorsqu’ils lui sont offerts gentiment et en toute innocence, par ses amis ou les adultes non conscients de leur infâme composition.

Il existe quelques marques en supermarché appréciées des enfants végétariens, telles que les Dragibus, les tic-tac à la pomme et à la menthe, ou les classiques « soucoupes volantes ». Pour le reste, tournez-vous vers les magasins bio, ou plus simplement vers les sites de vente en ligne véganes tels que vegan-France ou unmondevegan.

Si vous en avez la patience, voici deux recettes assez faciles :

Bonbons au « miel » sur auvertaveclili.fr

Bonbons gélifiés sur vegebon.wordpress.com

10. Les kermesses

Lorsque l’école annonce une kermesse à venir, avec gâteaux et sandwiches à vendre, proposez-vous pour apporter un gâteau. Choisissez une recette de pâtisserie facile à manger sans cuillère, facile à couper ou à transporter. Pour assurer son succès, rendez-le attractif par des couleurs, des dessins ou pourquoi pas des paillettes !

deativas-frLe site deavita.fr a rassemblé quelques superbes exemples de cupcakes vegans décorés ! 

Des sachets de bonbons sont souvent distribués aux élèves et préparés par les parents d’élèves. Si vous souhaitez éviter la gélatine, fournissez aux distributeurs votre propre sachet que vous aurez pris soin de préparer, en veillant à ce qu’il soit bien destiné à votre enfant.

ANNEXE

Liste de communes proposant une option végétarienne quotidienne :

Montereau, accueil vie scolaire : 01 64 70 44 13
http://www.ville-montereau77.fr/wp-content/uploads/2016/06/montereau_3va5_menusveget_bd.pdf

Perpignan, accueil mairie : 04 68 66 30 66
http://www.francetvinfo.fr/france/la-mairie-de-perpignan-propose-un-menu-vegetarien-pour-eviter-le-porc-a-la-cantine_965545.html

Saint-Etienne. accueil mairie : 04 77 48 77 48
https://www.saint-etienne.fr/node/11388

Strasbourg. Accueil mairie : 03 68 98 50 00
http://www.strasbourg.eu/vie-quotidienne/enfance-education/enfant-scolarise/peri-scolaires/restauration-scolaire/menus

Troyes. Accueil mairie : 03 25 42 33 33
http://famille.troyes.fr/Troyes/jsp/site/Portal.jsp?page_id=69

02 99 86 60 60

Si vous connaissez d’autres communes, merci de l’indiquer dans les commentaires !

Pinterest

2 réflexions au sujet de « Mon enfant végétarien au quotidien : problèmes et solutions en 10 points »

  1. Non mais sérieusement, une visite des chambres froides ???
    Cela dit, j’ai souvenir étant gosse de voir des carcasses sur des crochets dans une boucherie que nous fréquentions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *