Les médecins face aux enfants végétaliens : questions au Dr Martinez

Il faut que je vous présente une personne extra : c’est le Docteur Florie Martinez, jeune médecin généraliste à Lille, et maman végane d’un jeune garçon né en octobre 2015. Naturellement, ses connaissances en nutrition végétarienne sont bien plus approfondies que pour la plupart de ses collègues.  Aussi j’ai pensé que son avis  serait fort utile aux familles végétariennes et véganes ! Voici 3 questions que je lui ai posées.

crédits A.M.

      Florie Martinez, médecin et maman végane. Crédits A.M.
Faut-il parler de ses convictions véganes avec son médecin ?

« Pas forcément. Tout dépend de vous, de vos connaissances à ce sujet et de votre médecin. Les médecins généralistes français sont très peu et mal formés en nutrition générale, et qui plus est végétarienne et végétalienne. Leurs propos ne pourraient être qu’alarmants et déstabilisants.

Si vous avez de bons acquis et vous sentez assez forts pour donner quelques bases à votre médecin, ouvert, alors foncez ! Sinon il n’est pas utile de perdre du temps à ce sujet. Surtout si votre enfant va bien. Après tout, on ne signale pas à son médecin quand on est omnivore. Et au moindre problème médical, la première pensée du médecin ira vers le véganisme. »

Faut-il craindre les signalements  à la Protection Maternelle et Infantile ?

« Oui c’est certain, il faut y penser.  Tâter le terrain avec son médecin traitant, garder une bonne communication. Un médecin préfèrera se protéger et effectuer un signalement en cas de doute sur une pathologie carentielle plutôt que de risquer des problèmes, pour le petit et pour lui. »

Comment surveiller la bonne santé de son enfant végane ?

« Comme tous les autres enfants : sa courbe de croissance c’est sûr, son état buccodentaire mais aussi qu’il court, saute, soit curieux… son développement psychomoteur. Qu’il mange varié, se supplémente à dose appropriée. »

Pour plus de conseils et d’explications, découvrez les interviews du Dr Jérôme Bernard Pellet, médecin nutritionniste spécialiste du végétarisme et végétalisme, sur vegan.tv :

Voir toutes les vidéos de iamvegan.tv

Pinterest

5 réflexions au sujet de « Les médecins face aux enfants végétaliens : questions au Dr Martinez »

  1. Je ne me vois pas nier le fait que je vois végétalien, c’est l’occasion d’en échanger justement et de donner quelques tracts avec des liens sur la nutrition comme vegan pratique par exemple
    Cela dépend aussi de la personnalité du patient, si on n’est pas à l’aise, je dirais que l’on n’est pas avec le bon médecin

    1. tout à fait, il ne faut pas hésiter à changer, et tâter le terrain avec un autre médecin, en commençant par parler de nous-même, avant de parler de ses enfants.
      après, il ne s’agit pas forcément de nier, mais de ne pas se sentir obligé d’aborder la question, pour ne pas faussement influencer un diagnostic.

    1. Bonjour Delphine,

      Le Dr Martinez fait pour l’instant des remplacements, c’est pour ça. En cas de question d’ordre général, il y a les réponses sur les vidéos du Dr Jérôme Bernard Pellet (iamvegan.tv). Pour des questions plus pointues, vous pouvez écrire à floriemartinez- at – gmail.com mais la réponse ne sera pas immédiate. Voilou :)

  2. Bonjour,

    Merci pour ces questions/réponses. En effet, si l’on est consciencieux, que l’alimentation de la famille est équilibrée et que nos enfants sont en bonne santé, que pourrions-nous bien signaler à notre médecin ? Les alimentations omnivores déséquilibrées et à risque pour la santé ne sont, elles, pas signalées (ou qu’en cas de problème de santé avéré).
    Je suis moi-même diététicienne végétalienne et je pense que les médecins devraient un peu plus penser, en cas de doute sur la nutrition de leurs patients, à orienter ces derniers vers une diététicienne (à jour au niveau de l’alimentation végétale) plutôt que de les signaler à la Protection Maternelle et Infantile, ou de s’informer directement auprès d’elle afin d’agir un minimum en connaissance de cause. Il faudrait que les médecins se renseignent de manière plus concrète et pertinente plutôt que d’orienter leurs pensées sur de simples idées reçues.
    Cela me paraît être nettement plus judicieux de travailler en pluridisciplinarité quand les connaissances d’un professionnel sont limitées dans un domaine en particulier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *